L’homme qui murmurait à l’oreille des dauphins

Puisque les couvre-chefs cramoisis sont à l’honneur, cette semaine, dans les rangs d’IŒPLP, il nous a semblé opportun de rendre hommage à l’ « homme au bonnet rouge », j’ai nommé : le commandant Cousteau. Car qui n’a pas frémi au moins une fois en voyant les plongeurs de la Calypso côtoyer sous l’eau de redoutables spécimens de Carcharodon carcharias (1) ? À tel point que, bien avant Les Dents de la mer, l’auteur(e) de ces lignes a longtemps éprouvé à la vue de la cuvette des W.-C. un sentiment d’angoisse diffuse, s’attendant à voir surgir à tout moment de l’eau bleuie par les blocs de Harpic une triple rangée de dents acérées – c’est dire toute la force des images coustaldiennes sur une jeune nature impressionnable.

Arpenteur insatiable des fonds marins, Jacques Cousteau est aussi celui qui a fait entrer l’oursin et la baleine à bosse dans les foyers du monde entier. En effet, « le commandant » (comme l’appelaient affectueusement ses proches) ne s’est pas contenté de porter la bonne parole au public de son pays natal, et l’on peut dire que l’accent français a parcouru avec lui autant de lieues que la Calypso. Pour preuve, quelques extraits :

Où l’on voit que J.-Y. Cousteau parlait l’espagnol et l’anglais dans un français parfait, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde.(2) En revanche, il semble que son italien ait été du niveau de celui d’un locuteur natif:

Cependant, derrière Cousteau l’homme-grenouille et l’explorateur intrépide, on oublie trop souvent Cousteau l’inventeur. Cofondateur de La Spirotechnique, société spécialisée dans la conception d’appareils de plongée, il a notamment beaucoup contribué au perfectionnement du scaphandre :

Le premier prototype prévoyait un espace pour le bonnet rouge
 

Le premier prototype prévoyait un espace pour le bonnet 

Enfin, ce portrait serait incomplet si nous n’évoquions pas l’humaniste qui, toute sa vie durant, prôna la communion avec la nature, la tolérance et la fraternité, comme en témoigne cette poignante citation extraite de son livre, Par dix-huit mètres de fond (1942) :

Ce sport, la chasse sous-marine, est magnifique parce qu’il est dur et qu’il se déroule dans un cadre inimaginable. (…) Peu d’adultes, presque pas de vieillards. Pour se nourrir on attaque et on tue, mais de préférence un frère en difficulté. Pas de massacre inutile : la sélection naturelle, simple, émouvante.

Émouvant, en effet.

Il est temps, à présent, d’aborder un sujet difficile. En effet, nous devons à l’objectivité et au sens profond du devoir qui nous anime d’évoquer cette pénible affaire, concernant les propos antisémites qu’aurait tenus dans une lettre, en 1941, le commandant Cousteau. Pour tenter d’expliquer ces mots malheureux (« les ignobles youtres »), indignes d’un véritable humaniste, deux écoles de pensée s’affrontent. La première attribue cette erreur à une coquille: le « y » initial serait en réalité un « l ». Et il est vrai que, à cette époque, le jeune Cousteau n’avait pas encore conçu à l’égard des loutres marines l’amour sincère qu’il devait leur témoigner dans la suite de sa carrière. La deuxième exégèse repose elle aussi sur l’hypothèse d’une coquille mais, cette fois, deux lettres auraient été inversées – le « r » devant être placé avant et non après le « t ». En effet, nul n’ignore les conditions difficiles imposées aux populations durant la guerre, populations qui devaient parfois se résigner à des logements de fortune – selon toute vraisemblance, le commandant Cousteau avait pour sa part écopé d’une yourte, habitation notoire pour son inconfort.

Sur ce, nous vous souhaitons, généreux lecteurs qui êtes vaillamment parvenus au bout de cette chronique, bon vent et de fructueuses navigations. Hisse et ho !

 

(1) Pour nos lecteurs profanes, il s’agit du requin blanc.
(2) Aucun animal n’a été blessé pendant l’écriture de ce billet.

2 thoughts on “L’homme qui murmurait à l’oreille des dauphins

  1. Henri Gagnan-Labarrette

    Mesdames, Messieurs,
    Je viens de lire votre article à la gloire de M. Jean-Yves Cousteau et je suis proprement scandalisé par une colossale lacune qui lui ôte toute crédibilité. Permettez-moi de tenter ici de la combler, encore que je doute que vous publiiez mon commentaire.
    Vous faites peu de cas, lorsque vous évoquez la Spirotechnique, du rôle crucial qu’a joué Émile Gagnan, mon grand-père, dans la conception du premier scaphandre autonome (scaphandre qui porte d’ailleurs son nom, accolé à celui de Cousteau : «scaphandre Cousteau-Gagnan 45»). «Mistral» – comme l’appelaient ses collègues en raison de ses origines provençales et de sa fougue créatrice – a été un pionnier du détendeur, cette pièce maîtresse sans laquelle le scaphandre autonome n’existerait tout simplement pas. On lui doit aussi une montre de plongeur à l’épreuve des détergents pour vaisselle, anti-chocs de casseroles et lavable à 95 °C.
    Le fait que son patronyme vienne en second dans la désignation du scaphandre autonome (simple question d’ordre alphabétique) ne vous autorise pas, que je sache, à reléguer mon grand-père au rang de faire-valoir, d’homme de paille, bref, pour tout dire, de second cousteau.
    Recevez mes salutations.

    Henri Gagnan-Labarrette
    Pilote en chef honoraire du Port autonome de Marseille
    Réalisateur de Détendeurs et des hommes, 3e prix au Festival international du film sous-marin de Colombey-les-Deux-Églises en 1976

    Reply
  2. ilsoeuvrent Post author

    Cher Monsieur Gagnan-Labarrette,
    Vous avez tout à fait raison de défendre les intérêts de votre grand-père – même si, d’un point de vue strictement alphabétique, vous conviendrez que «Cousteau» précède forcément «Gagnan». Votre grand-père eût-il été nommé, par exemple, «Arak-Auffray», ou même «Bouchon», que son patronyme eût figuré en première position du certificat de brevet. Pas de quoi fouetter un goéland, en somme. Néanmoins, en gage de notre bonne foi, nous vous invitons à publier dans nos pages, si vous le souhaitez, un portrait de votre grand-père Émile Gagnan (à condition de ne pas l’intituler «À la recherche du Gagnan perdu», «Lettres de mon bathyscaphe» et autres fadaises de ce genre).
    Cordialement

    Patapouf,
    Conseiller spécial pour la paix
    IŒPLP

    PS Vous serez peut-être flatté d’apprendre que les membres fondateurs d’IŒPLP possèdent tous trois une montre «Mistral Gagnant», un cadeau offert par le magazine Ici Yutz pour récompenser ses fidèles (et, pour l’heure, uniques) abonnés. Moi-même, je n’en porte pas: premièrement, je n’ai pas de poignet; deuxièmement, j’ai horreur de la presse à sensation; troisièmement, je ne fais jamais la vaisselle.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>